Jardin archéologique

Aménagé en 2001 par la commune de Béruges au sud-ouest de l'éperon du bourg de Béruges il recèle en son sous-sol une indéniable richesse archéologique.

imagebbSLIH

Les sondages menés de 1982 à 1985 par Jean-Pierre Chabanne et les Amis de Béruges, les fouilles de Sabine Lebrun de 1989 et 1996,  l'opération archéologique d'Eric Bayen en 2001 l'étude  du Murus gallicus  menée cette même année  par Anne Colin, son équipe de l'université de Bordeaux III avec l'aide des Amis de Béruges ont révélé l'existence d'une occupation humaine sur près de 4000 ans.

S'y superposent les cultures du Néolithique final (2400 avant J.- C), de l'Age du Bronze final (1000-800 avant J.-C.), du Premier Age du Fer ( Ve siècle avant J. - C.), de la Tène antique (IIe-Ier siècle avant J.- C.), la culture gallo-romaine et une occupation du Moyen Age. Les découvertes majeures sont des fragments de céramiques peintes décorées de grecques datables de la fin du Ier Age du Fer, les restes d'un Murus Gallicus, rempart décrit par  Jules César dans La Guerre des Gaules, construit à l'aide d'un parement de pierres sèches, d'un chaînage de poutres et d'un blocage interne. Ce dernier cernait l'ensemble de l'oppidum de Béruges. Elles ont permis d'étudier, en partie, un ensemble de constructions voûtées gallo-romaines, dégagées et protégées maintenant pour celles qui restent encore en élévation. Les chercheurs pensent qu'elles ont pu servir de lieux de stockage et à contrebuter des terres .

imageJIrgT2

L'association des Amis de Béruges a profité de cet espace pour y  créer un dépôt lapidaire comprenant des restes gallo-romains et un ensemble de sarcophages provenant de la nécropole mérovingienne du bourg de Béruges découverts à l'occasion de divers travaux de voirie.

image3XQ9pk

Ils datent probablement des époques mérovingienne et carolingienne. Les cuves sont de forme trapézoïdale et taillées dans du calcaire. Les couvercles sont plus ou moins ouvragés mais portent presque tous une bande en relief longitudinale et trois bandes  transversales : décors assez fréquents en Poitou.

C'est de Béruges que provient le Sarcophage aux deux colombes, exposé au musée lapidaire de Poitiers (Baptistère Saint Jean) et dont on peut voir, au Musée, le moulage du couvercle.

Des  panneaux explicatifs permettent au promeneur de saisir la richesse du site.

crédit photo : Jean-Pierre Chabanne

FaceBook  Twitter